....

Unbehaust

 July 7 - August 31st, 2016

Caos Art Gallery, Venice, ITALY

..

Unbehaust

 7 juillet - 31 août 2016

Caos Art Gallery, Venise, ITALIE

....

....

The video « Unbehaust » was created for the Venice Architecture Biennale 2016.  

This video – along with work from seven other artists from France, Italy and the US - is a part of the show Unbehaust, which is curated by Frida Bordon and is being presented by Caos Art Gallery.

Unbehaust, meaning « the lack of home », is an echo to the title given to the Biennale 15th edition « Reporting from the front », and is also a response to the German Pavilion’s exhibition entitled « Making Heimat », which evokes the place where we belong or to which we decide to belong.

 With this video Anne Mourier, who was born in France but has lived in the US for more than 20 years, reflects about this feeling of nostalgia in a sequence of a super 8 film showing a variety of her artworks.

Encapsulating this feeling of being « in between », she recalls: "Here, I am not 100% American, and in France I am not 100% French, either. Nobody sees me as somebody who belongs 100% any more". 

.. 

La vidéo Unbehaust fut créée à l'occasion de la Biennale d'Architecture de Venise 2016. Elle fait partie de l'exposition homonyme présentée à la Caos Art Gallery à Venise, par Frida Bordon, qui rassemble les travaux de 7 autres artistes venus de France, d'Italie et des Etats-Unis. 

Unbehaust, qui signifie « vagabond », est un écho au thème de cette 15ème édition de la Biennale intitulée « Nouvelles du front » (Reporting from the front) et une réponse au nom choisi par le Pavillon Allemand « Making Heimat », vocable difficilement traduisible mais qui évoque la possibilité de construire soi-même ses racines. 

A travers cette vidéo, Anne Mourier, artiste née en France mais qui vit depuis plus de 20 ans aux Etats-Unis, témoigne de ce sentiment de nostalgie dans une séquence tournée en Super 8, dans laquelle apparaissent nombre de ses oeuvres. 

Traduisant ainsi ce sentiment d'appartenance et « d'entre deux », elle pose le regard suivant: « Ici, je ne suis pas 100% américaine, mais en France, je ne suis pas 100% française non plus. Aujourd'hui, plus personne ne me perçoit comme quelqu'un qui appartiendrait 100% à l'un ou l'autre.»

....